Insee -- Rennes : non aux baisses de salaires !

27 Janvier 2012

Depuis le 7 novembre, à Rennes, les enquêtrices-prix de l'Insee sont en grève partielle : elles ne relèvent quasiment plus certains prix qui servent à calculer l'indice de l'Insee. La direction propose de remplacer leur statut d'enquêteur pigiste, payé à la tâche, avec une part importante en frais de déplacement non soumis aux cotisations sociales, par des CDI à temps partiel. Cela aurait l'avantage d'un revenu régulier... mais conduirait à une perte de revenu de 20 à 40 %, alors que leurs salaires sont déjà très bas !

Les réponses de la direction aux revendications des grévistes sont particulièrement méprisantes : après les avoir accusées de retarder la revalorisation du smic (pour cause d'inflation mesurée insuffisante), certains cadres leur ont même dit que l'Insee pourrait se passer de leur travail.

La solidarité s'organise, des collectes ont été réalisées par les syndicats auprès du reste du personnel, en général fonctionnaire, pour soutenir le mouvement. En janvier d'autres enquêtrices, celles qui interrogent les ménages, ont rejoint le mouvement. La direction semble désormais changer de ton, et la détermination des grévistes tient bon.

Il n'y a pas de raison de payer sa titularisation par une baisse de salaire.

Correspondant LO