Propagande guerrière précoce

06 Décembre 2023

Dans le cadre de ce qu’elle appelle ses « cafés stratégiques », l’académie de Limoges a organisé début novembre une rencontre entre 250 lycéens de la région de Brive, en Corrèze, et un représentant de l’armée, en la personne du général Vincent Guionie, commandant des forces terrestres.

« J’espère que vous avez au moins le sentiment d’être chanceux de vivre dans un pays prospère, libre et en paix, même si tout n’est pas parfait. Sur les 8 milliards d’humains, nous sommes une infime minorité à avoir cette chance. […] La question que vous devez vous poser est : êtes-vous prêts à conserver ce privilège et le protéger ? » Voilà, entre autres choses, ce que se sont entendu dire les participants.

Ce général est bien renseigné sur la misère du monde et l’état de guerre permanent qui règne dans bien des pays : de la Centrafrique à la Yougoslavie et au Cambodge, en passant par le Mali, la Côte d’Ivoire, le Gabon et le Congo, il a servi les intérêts de l’impérialisme français dans le cadre de ses nombreuses interventions guerrières des dernières décennies. C’est précisément la domination militaire et le pillage de ses ex-colonies qui fondent la « prospérité » de la France dont il parle, ou plus exactement celle de sa classe dirigeante qui vit dans un luxe insolent.

À la sortie de la conférence, les lycéens sont tombés sur un tank et toutes sortes de fusils qu’ils étaient invités à manipuler. Au prétexte d’enseigner les programmes scolaires axés sur la géopolitique, voilà comment l’Éducation nationale et le ministère des Armées tentent d’embrigader la jeunesse, d’exciter un esprit guerrier au service des intérêts de l’impérialisme.

Correspondant LO