EPSM de la Sarthe : la nouvelle attaque ne passe pas

06 Décembre 2023

À l’EPSM (Établissement public de santé mentale) de la Sarthe, un mouvement de protestation, accompagné d’actions journalières et de jours de grève, a débuté le 15 novembre.

Après avoir appris de façon informelle que la direction envisageait de s’attaquer aux cycles de travail des soignants, à l’organisation des congés et des RTT de 2024, la colère s’est propagée de service en service.

Sous le nom de « maquettage organisationnel », la direction entend lisser les effectifs des services, imposer neuf RTT sur quatorze et intégrer dans les roulements d’équipe des jours de travail sans horaires ni lieu d’exercice. Ces jours, qu’elle note « W » dans les plannings, introduisent une flexibilité poussée à l’extrême et rendent les soignants corvéables à merci. Cette attaque d’envergure s’ajoute aux dégradations des conditions de travail de ces derniers mois, avec la fermeture de 42 lits d’hospitalisation, le manque de personnel médical et de soignants, l’introduction d’une mobilité institutionnelle, la saturation des capacités d’accueil des services.

Cela a été la goutte de trop et les salariés se sont organisés, tous services confondus, au départ via les réseaux, puis physiquement, afin de préparer la riposte. Le 20 novembre, ils étaient plus de 60 dans les locaux de la direction pour exprimer au DRH leur façon de penser !

Le lendemain, l’ensemble des collègues de l’ambulatoire a cessé de valider les actes de soin sur informatique. Deux jours plus tard, lors d’une assemblée générale qui a regroupé 150 personnes, la poursuite du mouvement avec les actions à venir ont été votées, et un comité de grève institué avec des représentants de chaque service.

Le 30 novembre, jour de grève, 200 salariés se sont rassemblés devant l’hôpital. Pouvoir échanger entre tous et se voir si nombreux a renforcé leur détermination. À la suite de cette journée, la direction générale, qui ces dernières semaines s’est montrée à la fois rassurante et menaçante, a invité à « un temps d’échange » le 5 décembre. Tous seront au rendez-vous, nombreux et déterminés jusqu’au retrait de son projet !

Correspondant LO