Blinken cherche de nouveaux geôliers

06 Décembre 2023

Les dirigeants américains, complices des massacres en cours, multiplient les tractations pour trouver une solution politique en Palestine pour « après ».

Alors que la première ­puissance impérialiste soutient et arme Israël sans con­dition, son secrétaire d’État, Anthony Blinken, deman­de à Netanyahou de « protéger la vie des civils ». Mais si les États-Unis font mine de se préoccuper de la vie des ­Gazaouis et s’inquiètent de la violence débridée des colons israéliens en Cisjordanie, ce n’est pas par compassion pour les Palestiniens. C’est, comme le dit Lloyd Austin, secrétaire à la Défense et général ayant servi en Irak, parce que, « en poussant la population civile dans les bras du Hamas, vous remplacez une victoire tactique par une défaite stratégique ».

Austin sait de quoi il parle : en Irak, quand les États-Unis ont détruit le pays pour faire tomber le régime de Saddam Hussein, pas assez docile à leurs yeux, et le remplacer par un autre créé de toutes pièces, ils ont déclenché une terrible guerre entre milices concurrentes, qui a fini par faire naître Daech.

En Palestine, comme en Irak, en Syrie ou au Liban, les dirigeants impérialistes se contrefichent du sort des populations, de leurs sentiments nationaux ou religieux, de leurs aspirations démocratiques ou de leurs préférences pour tels ou tels partis politiques. Ils veulent avant tout installer à la tête des États, ou de territoires comme les lambeaux de la Palestine, des appareils qui respectent leurs intérêts et assurent l’ordre social.

En Palestine, le Fatah de Yasser Arafat et l’OLP ont joué ce rôle d’encadrement après les accords d’Oslo de 1993. Implanté de longue date à Gaza, le Hamas y a ­supplanté le Fatah en 2007, car celui-ci s’était déconsidéré parmi les Gazaouis pour n’être finalement rien d’autre qu’un auxiliaire de police et un appareil corrompu. Si le Hamas à la tête de Gaza a été ostracisé par Israël et les grandes puissances, privant le territoire des subventions internationales et le plaçant sous embargo, les uns et les autres ont trouvé un arrangement pour lui permettre de continuer à encadrer la population. Le riche émirat du Qatar, qui abrite l’une des principales bases militaires américaines, est ainsi devenu le banquier du Hamas, avec l’accord explicite d’Israël et des États-Unis.

Après l’attaque du 7 octobre par le Hamas puis la destruction méthodique de Gaza par Israël, la donne est de nouveau modifiée. D’un côté, le Hamas sort renforcé aux yeux des Palestiniens et de bien des opprimés dans le monde arabe, pour avoir attaqué Israël, et le Fatah, dirigé par Mahmoud Abbas et supposé contrôler quelques villes de Cisjordanie, est encore plus déconsidéré. De l’autre côté, les dirigeants israéliens affirment vouloir éradiquer le Hamas, quitte à exterminer tous les Gazaouis, et menacent de réoccuper de façon permanente les ruines du territoire.

C’est dans ce contexte que les États-Unis sont à la manœuvre. Blinken, Austin ou les chefs de la CIA multiplient les rencontres avec les dirigeants saoudiens, égyptiens, qataris, jordaniens, turcs, et plus discrètement iraniens, pour tenter de faire surgir une option acceptable par ces puissances régionales, et surtout par Israël. Accessoirement, les dirigeants du Fatah comme ceux du Hamas en exil à Beyrouth ou à Doha sont consultés. Une des hypothèses qui circulent serait de renouveler en profondeur l’OLP, d’y faire ­adhérer le Hamas et de porter à sa tête un militant comme Marwan Barghouti, membre du Fatah, prisonnier en Israël depuis vingt ans et apparaissant pour cela comme une alternative.

Pendant les tractations, les bombes pleuvent sur Gaza et les dirigeants israéliens intensifient la colonisation. Mais, quelle que soit la solution finalement inventée par les États-Unis et validée par Israël, la mission de cette nouvelle Autorité palestinienne sera de faire accepter son sort à sa population. Cela ne pourra déboucher que sur de nouvelles révoltes et de nouvelles guerres, car le souci des dirigeants impérialistes n’est aucunement de satisfaire les aspirations des peuples du Moyen-Orient.

Xavier LACHAU