Lycée Mozart – Le Blanc-Mesnil : comment changer l’ambiance

16 Novembre 2022

Au lycée Mozart du Blanc-Mesnil, situé en Seine-Saint-Denis, les conditions de travail et d’enseignement se dégradent à grande vitesse.

Les effectifs d’élèves ont presque doublé en dix ans et la réforme du lycée a aggravé la désorganisation de l’établissement. Les enseignants refusent cette évolution et ont maintes fois protesté par la grève.

Vendredi 14 octobre, une agression contre un élève dans une classe a encore aggravé la situation. Convoqués par le proviseur, les élèves impliqués étaient ensuite invités à quitter l’établissement alors même qu’ils alertaient sur la présence d’une bande qui les attendait pour en découdre et venger l’élève agressé ! Passés à tabac à leur tour sur le parvis, l’après-midi se soldait par deux passages à l’hôpital et la certitude pour tous que la décision du proviseur avait empiré la situation.

Des mères d’élèves ont pris l’initiative de déposer une plainte pour « mise en danger d’autrui » et d’installer un barrage quotidien à l’entrée de l’établissement la semaine suivante. Elles demandaient le départ du proviseur et voulaient alerter le rectorat sur le nombre de professeurs non nommés ou non remplacés. Les enseignants s’associaient à leurs revendications, convaincus que la situation avait trop duré. La grève, massivement suivie toute la semaine était animée tous les matins par un piquet avec tonnelle, banderoles et petit-déjeuner. Après des mois éprouvants, le moral de chacun était regonflé.

Au retour des congés, le mouvement s’est poursuivi jusqu’à une audience prévue au rectorat le jeudi 10 novembre au soir. La réponse des autorités, renvoyant à une obscure « mission d’évaluation de la situation » fin novembre, n’a convaincu personne. Parents et enseignants restent vigilants et prêts à se remobiliser. En attendant, ils se sont fait respecter.

Correspondant LO