Sexisme : situation alarmante

25 Janvier 2023

Le cinquième rapport du Haut Conseil à l’Égalité (HCE) sur l’état du sexisme en France, qui vient d’être remis au gouvernement, s’appuie sur un sondage réalisé auprès de 2 500 personnes de 15 ans et plus.

Il rappelle que malgré la reconnaissance apparemment générale des inégalités entre les femmes et les hommes, les stéréotypes sur le rôle de chacun des deux sexes subsistent.

Les femmes dénoncent le déséquilibre dans la répartition des tâches ménagères (41 %) ; des remarques sexistes au travail ou dans la rue (57 %) ; des rapports sexuels imposés par leur conjoint (33 %). Mais 40 % reconnaissent qu’elles censurent leurs propos par peur des réactions et 55 % renoncent à sortir et à faire des activités seules.

Les hommes minimisent ces inégalités ; ainsi quand il s’agit de l’embauche d’un homme au lieu d’une femme, à compétences égales (67 % des sondés) ; 40 % trouvent normal que la femme arrête de travailler pour élever des enfants ; 16 % estiment qu’une femme agressée sexuellement est en partie responsable et 33 % que le féminisme menace leur place dans la société.

Quant à la violence, elle reste présente dans les têtes, et 11 % en moyenne des hommes interrogés, 23 % des moins de 35 ans, l’estiment nécessaire pour se faire respecter. Le nombre de féminicides au sein du couple a d’ailleurs augmenté de 20 % entre 2020 et 2021.

Devant cette situation, que le rapport présente comme alarmante, ses auteurs proposent, entre autres, d’augmenter les moyens financiers et humains de la justice, d’appliquer réellement la loi sur l’éducation à la sexualité et à la vie affective, d’institutionnaliser une journée de lutte contre le sexisme. Autant de mesures qu’on peut préconiser chaque année à l’attention d’un gouvernement prodigue au mieux de bonnes paroles. C’est évidemment sans effet dans un monde d’exploitation et d’oppression qui pèse sur la société tout entière et fait resurgir sans cesse les inégalités et les idées tordues qui les accompagnent.

Sylvie MARÉCHAL