La Poste – Paris 09 : non aux suppressions d’emplois !

25 Janvier 2023

Avec la disparition du timbre rouge, La Poste entend accélérer encore le rythme des suppressions d’emplois dans la branche courrier. Rien que sur Paris, plusieurs réorganisations sont au calendrier des prochains mois. C’est le cas au central du 9e arrondissement.

Même si La Poste ne distille les détails de son projet qu’au compte-gouttes, ce qui en filtre est suffisamment alarmant pour alimenter le mécontentement. Non seulement le bureau va être délocalisé en plusieurs tranches pour y faire des travaux, mais la direction compte aussi procéder à une refonte des emplois, avec notamment le démantèlement du service des chauffeurs, le ­Cedex. Se parant, sans rire, de préoccupations écologiques, elle envisage de faire passer ce service qui compte actuellement seize chauffeurs à trois chauffeurs, trois ­vélos-cargo et trois piétons. Rien d’étonnant alors que les travailleurs aient commencé l’année par une journée de grève à 15, à la surprise de la direction qui n’a pas pu, pour la plupart, les remplacer. Le 19 janvier, à l’occasion de la journée de mobilisation interprofessionnelle, ils ont remis cela.

De manière générale, La Poste veut faire faire tout à tout le monde pour diminuer le nombre d’emplois. Ainsi, ceux qui restaient au bureau au tri ou à la préparation des tournées se voient invités à distribuer le courrier, même ceux qui avaient des prescriptions médicales les en dispensant. Le traitement des lettres recommandées, qui dépendait d’un service dédié, passe progressivement aux facteurs. Ce service va en conséquence passer de 11 à 5 personnes. Ceux qui s’inquiètent pour leur avenir s’entendent dire : « Il vous reste Pôle emploi » et, à ceux dont La Poste estime qu’ils n’ont pas le profil pour le poste qu’ils occupent pourtant, il est demandé d’envisager « un autre projet professionnel ».

Le même bâtiment comprend les services de distribution des 1er et 2e arrondissements, qui étaient autrefois à la poste du Louvre, aujourd’hui reconvertie en hôtel de luxe. Eux aussi sont appelés dans quelques mois à une réorganisation semblable et ont donc tout intérêt à se joindre sans attendre aux réactions de leurs collègues du 9e. Leur participation par services entiers à la grève du 19 janvier va dans ce sens.

Les sujets de mécontentement ne manquent pas, avec la question des salaires, qui sont à peine au-dessus du smic, et le refus d’être obligé de courir d’un point de distribution à l’autre à un âge avancé. La Poste mène son offensive, les postiers doivent riposter sans se recroqueviller dans un bureau isolé.

Correspondant LO