LCL : des salaires et des effectifs !

19 Janvier 2023

Mardi 17 janvier, les employés de LCL se sont rassemblés à plusieurs centaines, boulevard des Italiens à Paris et en banlieue à Villejuif pour exiger des augmentations de salaire et des effectifs. Plusieurs dizaines d’agences étaient fermées.

Pour 2023, la direction propose une prime de pouvoir d’achat avec un maximum de 1 200 euros pour les plus bas salaires, mais pas d’augmentation générale. Et elle ose faire du chantage à la signature : si aucun syndicat ne signe, les mesures seront inférieures.

La direction considère que l’augmentation reçue en 2022 était une avance pour 2023. Mais s’il y a bien eu une augmentation l’an dernier, c’était la première depuis 2014, comprise entre 1 200 et 900 euros brut selon les salaires. Avec le démarrage au 1er juillet, cela n’a fait, au mieux, que 600 euros brut pour l’année. Cela ne permet pas de faire face aux augmentations des prix de 2022, sans parler de celles de 2023. D’autant qu’en province comme en Île-de-France, la voiture est indispensable pour aller travailler. Et pour ceux qui sont en télétravail, l’indemnité est loin du compte.

À cela s’ajoute le manque d’effectifs. Dans les secteurs administratifs, les départs en retraite ne sont quasiment jamais remplacés. Dans les agences, de nombreux postes sont vacants. Chaque année, des centaines de démissions ont lieu à cause des mauvaises conditions de travail et des salaires insuffisants. Alors, quand la CGT, la CFDT et FO ont appelé à faire grève pour les salaires et les conditions de travail, l’écho a été immédiat. Certains n’avaient jamais fait grève et demandaient le mode d’emploi, y compris au siège qui compte 85 % de cadres.

Dans ses communiqués, la direction indique que les augmentations représentent un total de 62 millions pour un montant individuel moyen de 2 700 euros. Cette annonce a choqué car personne ne voit où sont ces 2 700 euros. Ce qui est sûr, c’est que LCL annonçait déjà 708 millions de bénéfices pour les neuf premiers mois de 2022, et ils pourraient atteindre le milliard pour l’année ! Pour calmer le mécontentement, elle a annoncé que l’intéressement et la participation seraient en hausse et représenteraient plus de deux mois de salaire. Alors elle a de quoi augmenter nos salaires.

La grève du 19 janvier contre la réforme des retraites est une occasion de continuer le combat pour les salaires, car les deux sont liés.

Correspondant LO