Obligation vaccinale : l’alibi d’un gouvernement incapable

04 Août 2021

Le gouvernement rend responsable de la pandémie les personnes non vaccinées. Véran, le ministre de la Santé, s’est permis de les comparer à des dangers publics roulant à contre-sens sur l’autoroute.

En réalité, brandir l’obligation vaccinale est un alibi pour le gouvernement. Sortir la matraque et pointer du doigt les personnes non vaccinées est bien plus simple que d’embaucher le personnel soignant nécessaire et d’organiser une véritable prise en charge sanitaire de la population. Car, si la généralisation de la vaccination est souhaitable, en dehors de toute contrainte inutile, elle se heurte à des limites matérielles dues à la déficience du système de santé.

Malgré les déclarations, rien n’a été réalisé pour combler les déserts médicaux, en zone rurale mais aussi en ville. Dans certains départements, plus de 10 % des habitants ne peuvent avoir de médecin traitant. Certaines communes ont opté pour des pis-aller comme la télémédecine, les médecins intervenant à distance par vidéo pour émettre leur diagnostic. Ce n’est pas nouveau mais, avec cette pénurie, se faire vacciner est un véritable casse-tête pour les personnes les plus fragiles ou âgées, ayant des difficultés pour se déplacer, ne possédant pas d’accès à Internet. Dans certaines zones éloignées des centres, la vaccination s’appuie sur la bonne volonté des soignants ou des milieux associatifs, équipés de camions médicalisés passant de commune en commune, des moyens insuffisants face à la pandémie.

De même, l’obligation du passe sanitaire prend de court des pans entiers de la population. Les ONG opérant en Île-de-France, reposant sur des équipes bénévoles, sont débordées par les demandes de vaccination de migrants ou de personnes sans domicile, qui craignent, faute de passe sanitaire, de ne pas pouvoir accéder aux hébergements d’urgence, aux établissements médico-sociaux ou aux accueils de jour. Comment peuvent-ils faire dans ces conditions ? Interrogée par les associations sur ces questions, et plus largement sur les besoins urgents de vaccination, la Direction générale de la santé n’a rien su répondre.

L’insuffisance des moyens piège une partie de la population, surtout les plus pauvres et les plus précaires. Elle retarde en fait l’extension de la vaccination, avec un risque de persistance de la pandémie. Ce gouvernement, exclusivement au service des riches, en porte la responsabilité.

Alain CHEVARD