Noisiel : la mobilisation se maintient

15 Janvier 2020

Le matin du 9 janvier, 80 personnes, salariés de l’Éducation nationale (enseignants, surveillants, CPE) en grève, se sont réunies à la Bourse du travail de Noisiel, en Seine-et-Marne, pour faire le point sur la mobilisation contre la réforme des retraites et discuter de la suite.

Des cheminots du dépôt de Vaires-sur-Marne et des salariés de la RATP en grève ont rappelé pourquoi ils se battent de toutes leurs forces depuis le 5 décembre, et ont exprimé la nécessité que la grève s’élargisse aux autres secteurs. Ils ont été chaleureusement applaudis, avant de partir rejoindre leurs propres assemblées générales.

La discussion s’est ensuite poursuivie entre enseignants. Les plus anciens ont raconté leur longue mobilisation de 2003 contre le passage de 37,5 à 40 annuités, rappelant que l’attaque actuelle contre les pensions de retraite est loin d’être la première. Plusieurs sont intervenus pour faire état d’un essoufflement de la mobilisation dans leur établissement, exprimant l’envie de reconduire la grève le lendemain pour faire des tournées dans les écoles, collèges et lycées du secteur, afin de convaincre un maximum de personnes de se rendre à la manifestation du samedi 11 janvier et de poursuivre le mouvement.

Le 10 janvier, des groupes se sont retrouvés au petit matin dans différentes villes (Torcy, Champs-sur-Marne, Noisiel, Chelles, Lognes, Vaires…) et ont été bien accueillis par leurs collègues, grévistes ou non-grévistes, qui ont exprimé leur opposition à la réforme des retraites et leur défiance à l’égard des promesses d’augmentation des rémunérations annoncées par le ministre de l’Éducation.

Correspondant LO