Élections municipales : des listes de Lutte ouvrière

15 Janvier 2020

Lors des élections municipales des 15 et 22 mars prochains, des listes « Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs » seront présentes dans de nombreuses villes.

Dans le mouvement contre la réforme des retraites, deux camps s’affrontent. D’un côté, Macron, le gouvernement et ceux qu’ils servent : les capitalistes qui veulent que tout l’argent de l’État leur revienne. De l’autre, les travailleurs de la SNCF et de la RATP, les enseignants, présents en masse dans les grèves et dans les manifestations. Et avec eux tous les travailleurs des entreprises privées, de la grande distribution, des hôpitaux, de l’énergie, de La Poste et des télécommunications, qui soutiennent ce mouvement, même si la grève des transports complique leur vie quotidienne.

Dans les élections municipales, les listes de Lutte ouvrière veulent représenter ce camp des travailleurs en lutte. Certes, ce scrutin ne peut changer le sort des travailleurs. Aux municipales pas plus qu’à l’élection des députés ou à celle du président de la République, les questions dont dépend la condition ouvrière ne sont soumises au vote.

Mais, dans ce scrutin, les travailleurs peuvent faire entendre leur voix. Ils peuvent dire leur colère par rapport à la politique menée, ils peuvent se compter. Ils peuvent envoyer au conseil municipal des travailleurs qui seront leurs porte-parole, leurs yeux et leurs oreilles.

Les listes de Lutte ouvrière seront composées d’ouvriers et d’employés, de cheminots et d’hospitaliers, de chômeurs et de retraités, de celles et ceux qui font fonctionner la société.

Tous ceux qui veulent nous aider à constituer ces listes, à les défendre et les soutenir, seront les bienvenus.