Des aides au patronat à fonds perdus

26 Septembre 2018

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a justifié l’ampleur des cadeaux aux entreprises en disant que « ce sont elles qui créent le travail ».

En 2019, les patrons économiseront 20 milliards grâce aux nouvelles mesures fiscales, sans compter les autres sources de financements publics. Le ministre assure que « le CICE va être transformé en baisse de charges, en subventions, c’est la garantie que ça aille aux salariés, à l’embauche ». Sauf que le lien entre les aides au patronat et les emplois n’est même pas confirmé par les études officielles.

Selon l’OFCE, l’Observatoire français des conjonctures économiques et France Stratégie, le Crédit impôt compétitivité emploi (CICE) institué par le gouvernement Hollande, ainsi que d’autres aides comprises dans le Pacte responsabilité ont représenté 51,9 milliards d’euros en 2017, soit à peu près l’équivalent du budget de l’Éducation nationale qui est le premier budget de dépenses. Tous ces milliards n’ont permis de créer ou de sauvegarder que 145 000 à 339 000 emplois entre 2013 et 2015. Les aides ont servi en réalité à améliorer les profits des entreprises.

Ce n’est pas nouveau ! Et bien d’autres ministres ont précédé Darmanin dans le rôle de baratineur officiel, chargé de faire passer des vessies pour des lanternes.

Inès Rabah