Des agences de notation au service de qui ?

13 Juillet 2011

Les trois grandes agences de notation, Moody's, Standard & Poor's et Fitch, distribuent des notes aux États et aux entreprises qui émettent des produits financiers, notes censées servir de référence dans les échanges boursiers et financiers. Une note dégradée se traduit par une hausse des taux d'intérêt de l'organisme émetteur, État ou entreprise.

Ces agences sont pourtant des entreprises comme les autres, qui sont là pour générer du profit. Moody's est contrôlé par le milliardaire américain Warren Buffet. Fitch appartient à la société financière française fondée par Marc Ladreit de Lacharrière et au groupe de presse Hearst. Standard & Poor's est contrôlé par l'éditeur américain Mc Graw-Hill Companies.

90 % du chiffre d'affaires de ces agences provient des entités notées, qui versent des abonnements et un pourcentage de la transaction notée. C'est dire si ces agences sont sous la dépendance totale de leurs donneurs d'ordres. On comprend mieux que leur capacité d'analyse et de prédiction soit proche du zéro. C'est elles qui, à la veille de l'effondrement des subprimes (les bons négociables issus des prêts immobiliers américains), avaient recommandé leur achat comme sûr.

Tout cela permet à ces entreprises de faire des profits hors normes : entre 40 et 58 % de leur chiffre d'affaires total. Elles ont de leur côté le pouvoir de permettre aux banques et autres organismes préteurs de racketter allègrement leurs débiteurs.

Bien que tout le monde sache que ce qu'elles peuvent décréter repose sur leur choix a priori et n'a pas de base scientifique, elles servent de référence et ont le pouvoir de provoquer de véritables cataclysmes économiques.

C'est bien à l'image de ce monde capitaliste, complètement fou.

Paul SOREL