Afghanistan : une “erreur tragique”… après des milliers d’autres

22 Septembre 2021

Vendredi 17 septembre, les États-Unis ont reconnu avoir tué « par erreur » dix civils, dont sept enfants, quelques jours avant leur retrait d'Afghanistan.

Lors de l’évacuation américaine le 25 août, alors que des milliers de civils étaient rassemblés à l’aéroport de Kaboul dans l’espoir de pouvoir quitter le pays, un attentat à la bombe, revendiqué par l’État islamique, avait tué 80 civils et 13 soldats américains. En représailles, l’armée américaine avait bombardé une voiture, présentée comme remplie d’explosifs. En réalité, il s’agissait sans doute de simples bidons d’eau, l’homme à son bord travaillant pour une ONG américaine.

Après avoir été mise en cause par une enquête du New York Times, l’armée américaine reconnaît aujourd’hui une « erreur tragique ». Mais cette « erreur » n’a rien d’exceptionnel. Plus de 71 000 civils afghans et pakistanais ont été tués en vingt ans de guerre. Car, contrairement à ce que prétendent les dirigeants américains, la guerre en Afghanistan n’a jamais eu pour but de porter secours à la population. Elle était destinée, après les attentats du 11 septembre 2001, à faire une démonstration de force, quitte à écraser une population sous les bombes. Rien d’étonnant à ce qu’il n’y ait pas eu beaucoup d’Afghans pour défendre le régime corrompu soutenu par l’armée américaine, face à l’arrivée au pouvoir des talibans.

H. C.