Fonderie de Bretagne – Caudan : les travailleurs occupent

28 Avril 2021

Mardi 27 avril, les travailleurs de la Fonderie de Bretagne à Caudan, près de Lorient, ont voté l’occupation de l’usine, dont le groupe Renault veut se débarrasser en la mettant en vente, en se débarrassant aussi des 350 salariés.

La veille se tenait un comité stratégique de la filière automobile avec la présence de quatre ministres, des patrons de Renault et Peugeot et de représentants syndicaux. Bruno Le Maire a fait des discours sur les relocalisations, le directeur général de Renault Luca De Meo a répondu « qu’il ne fallait pas défendre l’indéfendable » et qu’il n’était donc pas question de revoir le plan de restructuration de Renault. Les ministres se sont bien sûr inclinés, l’État mettant même la main à la poche pour « accompagner » les salariés des Fonderies, c’est-à-dire pour aider aux licenciements.

C’est après avoir pris connaissance des résultats de ce comité que les travailleurs de la Fonderie, en colère, ont décidé l’occupation du site. Au changement d’équipes, ils étaient environ 200 à décider que « plus rien ne rentre, plus rien ne sort… et personne non plus ». Du coup, sept cadres de l’entreprise n’ont pu sortir avant 22 h 30, non sans entendre ce que les ouvriers de la Fonderie avaient sur le cœur.

L’occupation continue, les ouvriers étant bien décidés à défendre leurs emplois et leurs salaires, et Renault a largement les moyens de payer.

Correspondant LO