Élections régionales : des listes Lutte ouvrière

24 Mars 2021

Dix présidents de région sur dix-huit (treize en métropole et cinq d’outre-mer) se sont récemment émus, dans le cadre d’une tribune publiée par Le Figaro, d’un éventuel report de la date des élections régionales et départementales.

Initialement prévues en ce mois de mars, elles ont été reportées à juin 2021 à la suite d’un vote au Parlement. Mais elles pourraient être encore reportées à la suite d’un avis du Conseil scientifique qui sera rendu le 1er avril. « Toutes les élections sont essentielles, s’insurgent les signataires, étiquetés LR, centristes, PS et même pour l’un d’entre eux LREM. Ce n’est pas au Conseil scientifique de confiner la démocratie ! »

De leur côté, Macron et les siens ne se sentant plus tellement En Marche, après avoir été largement désavoués aux dernières élections municipales, cherchent à éviter une nouvelle déroute, ou en tout cas à en repousser l’échéance après l’élection présidentielle de mai 2022.

Les uns comme les autres n’ont à proposer que de continuer leurs politiques antérieures, qu’elles aient été incarnées par Sarkozy, Hollande ou Macron lui-même. Ces politiques se sont résumées, depuis la crise de 2008 en particulier, à transférer l’argent public aux capitalistes pour leur permettre d’accroître leur richesse aux dépens de l’ensemble de la classe travailleuse. La crise provoquée par la pandémie a encore aggravé ce processus.

Que les élections régionales aient lieu en juin prochain ou plus tard, il faudra en tout cas saisir l’occasion de dénoncer ces politiques successives, d’affirmer que les intérêts du monde du travail ne peuvent être défendus que par les travailleurs eux-mêmes, d’affirmer que la classe ouvrière n’a pas à payer la crise du capitalisme, aggravée par la pandémie, et en fait de contester la société capitaliste, sa gestion par la grande bourgeoisie pour la grande bourgeoisie. C’est pourquoi Lutte ouvrière présentera des listes dans toutes les régions de métropole, sauf la Corse, et dans l’île de La Réunion.

Viviane LAFONT