Plan de relance : des milliards pour le patronat

09 Septembre 2020

Le plan de relance détaillé jeudi 3 septembre a été présenté par le gouvernement comme d’une ampleur inédite.

« Quatre fois plus que le plan de 2009 [en pleine crise financière] et un tiers du budget de l’État », s’est félicité le Premier ministre Jean Castex, déclarant qu’il était censé « préparer la France de 2030 » et qu’il était « d’abord destiné au climat et à la biodiversité. »

Ce plan à 100 milliards d’euros, baptisé France relance, constitue essentiellement un transfert d’argent public vers les entreprises privées. La transition écologique, un des trois « piliers » du plan avec un financement de 30 milliards d’euros, sert en fait de prétexte à des subventions à des groupes privés. Ainsi, la filière de l’hydrogène, qui bénéficiait jusqu’à présent de 100 millions d’euros d’aides publiques pour la recherche et développement, va bénéficier de 2 milliards entre 2021 et 2022.

Mais la mesure la plus emblématique donne simplement satisfaction à une vieille revendication du patronat : la baisse des impôts dits de production à hauteur de 20 milliards sur les deux prochaines années.

L’emploi a été présenté comme un objectif central mais les mesures censées favoriser l’embauche des jeunes consistent, là encore et comme toujours, à verser de l’argent au patronat. Le plan prévoit une prime de 5 000 euros pour l’embauche de jeunes en alternance et une de 4 000 euros pour un jeune de moins de 26 ans, pour un contrat supérieur à trois mois. C’est une prime à la précarité !

Alors, avec son plan de relance, le gouvernement ne fait qu’augmenter la part d’argent public, déjà considérable, détournée vers les caisses des entreprises, sans contrôle et sans contrepartie, et finalement vers les circuits de la spéculation. Car, même sous la protection de son État, la bourgeoisie n’a nullement l’intention de risquer ses capitaux en investissant dans une prétendue reprise à laquelle elle ne croit pas.

Boris SAVIN