Attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher : la barbarie impérialiste absente du banc des accusés

09 Septembre 2020

Mercredi 2 septembre s’est ouvert le procès des attentats contre Charlie Hebdo et contre l’Hyper Casher qui avaient fait dix-sept morts. Treize hommes et une femme – cette dernière et deux hommes par contumace – sont jugés pour avoir apporté un soutien logistique aux trois terroristes tués par la police.

Le 9 janvier 2015, la rédaction de l’hebdomadaire satirique, prise pour cible pour avoir publié des caricatures de Mahomet des années auparavant, avait été décimée par les frères Kouachi. Un ouvrier de maintenance et deux policiers avaient été, eux aussi, victimes des mêmes assassins. Deux jours plus tard, le vendredi 11 janvier, Amedy Coulibaly, qui la veille avait tué une policière municipale, exécutait quatre personnes dans un attentat au caractère ouvertement antisémite. Le massacre de Charlie Hebdo, revendiqué par al-Qaïda dans la péninsule arabique, celui de l’Hyper Casher, accompli au nom de Daech, étaient les deux volets d’une même attaque terroriste.

La négation violente du droit d’expression et le caractère antisémite des attaques ont soulevé à juste titre l’indignation et la colère. Mais, comme pour les attentats qui ont suivi, en particulier ceux de novembre 2015 contre le Stade de France et le Bataclan, l’émotion a été instrumentalisée pour appeler à l’union nationale derrière le gouvernement et sa politique d’intervention militaire au Moyen-Orient et en Afrique menée au nom de la lutte contre le terrorisme.

Mais, si la nébuleuse islamiste a pu se former, recruter des adeptes, déployer des activités jusque dans un pays comme la France, c’est parce que, depuis des décennies, les grandes puissances sèment les frustrations, l’injustice et la terreur dans le monde. Elles n’ont pas non plus hésité à encourager les tendances islamistes réactionnaires pour tenter de les utiliser.

Ainsi, elles n’ont eu aucun état d’âme à s’appuyer sur le régime obscurantiste d’Arabie saoudite, lui-même parrain de groupes terroristes, à nier les droits élémentaires de la population palestinienne, à appuyer des bandes armées pour diviser et soumettre des territoires ou à intervenir directement en bombardant ou en déployant des troupes. L’impérialisme français a sa part de responsabilité dans le chaos qui ensanglante une partie du monde arabe et de l’Afrique. C’est cette violence semée par les puissances impérialistes qui a surgi en boomerang dans les rues de Paris sous la forme abjecte d’un attentat contre des dessinateurs de presse et des journalistes, et contre des anonymes exécutés parce que juifs.

Les terroristes qui ont commis les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher sont morts et ne seront pas jugés. Ceux qui ont fabriqué ce terrorisme ne sont pas jugés non plus car ce sont les dirigeants du monde impérialiste.

Boris SAVIN