Asaïs – Noisy-le-Grand : des licenciements qui passent mal

04 Janvier 2017

Itron (ex-Schlumberger), fabricant américain de compteurs, taille dans les effectifs de sa filiale Asaïs, spécialisée dans les logiciels de relevés de compteurs.

Sur le site de Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis, au nom de la compétitivité, le groupe annonce le licenciement de 33 salariés sur 42, essentiellement des ingénieurs logiciel et consultants techniques.

En mai 2015, dans la Vienne, dans son usine de Chasseneuil-du-Poitou qui fabrique les compteurs intelligents Linky, Itron avait voulu licencier 124 salariés sur 277, au nom de la compétitivité déjà. Après treize jours de grève, Itron avait revu les licenciements à la baisse (de 124 à 87), et les salariés licenciés avaient obtenu de meilleures mesures d’accompagnement.

Itron est un groupe mondial, qui affiche 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 500 millions de dollars de bénéfice annuel. Entre 2008 et 2013, Itron France a bénéficié de 21,3 millions d’euros de crédit impôt recherche. Et en 2013 et 2014 le CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi) lui a rapporté 2,3 millions d’euros.

À Noisy-le-Grand, les salariés d’Asaïs ne comptent pas se laisser licencier sans réagir.

J.L.