Amazon – Montélimar : grève contre la flexibilité et les bas salaires

01 Juin 2016

Des travailleurs d’Amazon, qui préparent et emballent les commandes passées sur Internet, se sont lancés dans une grève mercredi 25 mai.

La colère a éclaté face aux ridicules augmentations de salaires proposées par ce groupe aux profits records, mais surtout face à un projet de les faire travailler six jours sur sept en été, en ne majorant les heures supplémentaires qu’à 10 %. C’est déjà comme ça avant la période des fêtes de Noël, mais pour tout l’été, la crainte de ne plus pouvoir poser de congés était grande.

Au-delà, le ras-le-bol s’exprime contre les pressions quotidiennes au travail, le flicage permanent : au moindre retard, il faut justifier, en apportant par exemple la facture du garage en cas de panne.

L’entreprise connaît un énorme turn-over, très peu de salariés tiennent plus de trois ans : le site compte d’ailleurs plus de 250 intérimaires pour 390 embauchés en CDI. Les grévistes réclament aussi l’embauche, des travailleurs précaires.

Les grévistes, soutenus par des militants de l’UL CGT et de Nuit debout, ont bloqué l’entrée du site pendant plusieurs jours, empêchant toutes les livraisons. La direction a même essayé de faire rentrer des transporteurs en catimini, en pleine nuit, au milieu du week-end, sans succès ! Suite à une décision de justice du lundi 30 mai, le piquet devait être évacué mardi, mais la grève continuait.

La justice a beau être du côté des patrons, les travailleurs d’Amazon en lutte ne se sentent pas seuls, dans ce contexte de combat contre la loi travail.

Correspondant LO