Armateurs : profiteurs de guerre

10 Janvier 2024

L’armateur CMA-CGM, troisième mondial dans le transport de conteneurs, a annoncé le doublement de ses tarifs entre l’Asie et l’Europe à partir du 15 janvier.

Tous les transporteurs ont la même politique d’augmentation de leurs tarifs. Ils invoquent le surcoût engendré par la nécessité d’éviter le canal de Suez suite aux attaques des Houtis yéménites en mer Rouge, et donc de contourner l’Afrique pour rallier l’Europe. Cela rajoute une dizaine de jours de trajet et augmente significativement les dépenses. Si les armateurs évoquent ce surcoût pour justifier la hausse de leurs tarifs, ils se gardent bien de dire qu’il est compensé largement, et parfois en totalité, par l’économie du péage du canal de Suez.

Après la crise du Covid, les armateurs avaient profité du redémarrage du commerce mondial pour augmenter très fortement leurs tarifs. Rodolphe Saadé, PDG et propriétaire de la CMA-CGM, avait alors vu sa fortune personnelle passer de 6 à 36 milliards d’euros en un an. C’est ce genre d’opérations que les quelques armateurs géants qui se partagent le transport maritime aimeraient rééditer.

Pour eux, les crises et les guerres sont autant de possibilités d’arrondir leur pactole en rackettant toute la société sans se soucier des conséquences désastreuses pour l’ensemble de l’économie, en particulier pour les classes populaires confrontées aux hausses de prix.

Lucas Pizet