Agents municipaux – La Courneuve : la colère monte

10 Janvier 2024

À La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, les agents municipaux du service Éducation se sont retrouvés à une cinquantaine lundi 8 janvier pour crier leur colère en mairie, à cause du manque d’effectifs qui entraîne une surcharge de travail pour tous, et aussi contre le licenciement d’un gardien apprécié.

Cela fait un bon moment que la mairie voulait faire partir ce gardien. Il y a un an et demi, une grève massive pour les mêmes objectifs qu’aujourd’hui avait fait reculer l’échéance. Pendant ces deux ans, la hiérarchie l’a harcelé, en souhaitant sa démission, et aujourd’hui elle le licencie en ne renouvelant pas son contrat.

La situation des agents s’est aggravée. La mairie emploie à sa guise des vacataires ; cela peut être deux heures par jour pendant une semaine, et des horaires sans fin la semaine suivante. Auparavant, des vacataires malades étaient indemnisés, ce n’est plus le cas. Les chefs se les disputent, du fait du manque de personnel. Comme le disent des grévistes, « on te jette comme un paquet d’un service à l’autre sans expliquer les tâches à exécuter », « on est ballotté d’une école à l’autre, sans aucune prise en charge des transports », « les horaires sont hachés tout au long de la journée ». Pour tous, cela s’aggrave. Avant, un agent technique devait nettoyer trois classes, maintenant c’est quatre. Avant, le gardien partageait le travail avec un « homme de cour », maintenant il doit tout faire. Avant, les Atsem devaient seconder les instituteurs, maintenant on leur demande l’impossible.

Pas étonnant que la colère gronde chez les municipaux de La Courneuve, comme dans de nombreuses municipalités. Récemment Belfort, Noisy-le-Grand, Nancy, Beauvais, Le Havre, et certainement d’autres, ont vu des mouvements de grève se produire.

Correspondant LO