Raffinerie Total – Gonfreville-L’Orcher : ce sont les profits qu’il faut réquisitionner !

19 Octobre 2022

Jeudi 13 octobre, l’annonce des premières réquisitions de travailleurs à la raffinerie Total Flandres, et donc la menace pesant sur tous les autres sites en grève, non seulement n’a impressionné personne à Gonfreville près du Havre, mais au contraire a révolté les grévistes.

« Les bleus débarquent chez toi devant la famille et les voisins, comme si on était des malfaiteurs, c’est une honte ! », disaient-ils.

L’arrêt de la grève à la raffinerie Exxon le lendemain n’a pas non plus entamé la détermination, car avec l’annonce de la journée interprofessionnelle de grève du 18 octobre, il s’est imposé tout de suite dans les esprits qu’il fallait de toute façon tenir jusque-là. Chaque jour, des militants, des délégations de soutien viennent discuter au piquet devant Total. Les travailleurs de la CIM, la compagnie qui, entre autres, assure le transfert du pétrole brut du port jusqu’aux raffineries, ont aussi décidé ces derniers jours de ne pas approvisionner les raffineries en lutte.

Mardi 18 octobre, dès 6 heures du matin, le carrefour devant la raffinerie était occupé avec l’aide de délégations des autres entreprises de la zone et, à 10 heures, ce sont les travailleurs des raffineries qui étaient en tête du cortège de la forte manifestation dans Le Havre.

Les grévistes d’Exxon et de Total redonnent envie de relever la tête : ainsi juste à côté, à l’usine Aircelle-Safran d’Harfleur, les ouvriers débrayent et se réunissent depuis maintenant deux semaines pour l’augmentation des salaires !

Correspondant LO