Linamar – Laigneville : les travailleurs réclament leur dû

19 Octobre 2022

Depuis mercredi 12 octobre, les ouvriers de la fonderie industrielle Linamar à Laigneville, dans l’Oise, – un sous-traitant de l’automobile – débrayent deux heures par jour et par équipe. Ils demandent 6,5 % d’augmentation pour tous.

Lors de la première journée de débrayage, plusieurs dizaines de travailleurs se sont rassemblés sur le parking pour défiler avec des drapeaux. C’était un événement dans la zone industrielle et la police municipale ainsi que la gendarmerie se sont déplacées pour se renseigner sur la raison du rassemblement.

La réponse de la direction a été l’annonce d’une augmentation de 1 % à 5 % pour les ouvriers, et jusqu’à 10 % pour les travailleurs de la maintenance, « à la tête du client » comme l’ont relevé des ouvriers. La direction a même distribué à chacun un papier avec un commentaire sur son travail pour justifier l’attribution ou non d’une augmentation !

Cela n’est pas passé. D’abord parce que les travailleurs au smic n’avaient rien, la direction estimant qu’ils avaient déjà profité de sa revalorisation le 1er août. De plus, elle comptait dans son calcul des primes et diverses augmentations individuelles passées. Autant dire qu’elle ne lâchait que des miettes.

La manœuvre de la direction pour diviser les ouvriers qui revendiquent, en individualisant les augmentations, n’a pas échappé aux grévistes. Linamar a les moyens de payer. Pour obtenir des augmentations dignes de ce nom, il faudra l’imposer.

Correspondant LO