Inflation : indexer les salaires sur les prix

19 Octobre 2022

Les hausses de prix sont générales. Chaque mois, presque tout augmente. Ceux qui payent l’inflation sont les travailleurs, les chômeurs, tous ceux qui ne vivent que d’un salaire ou d’une pension.

Les petits artisans, les petits agriculteurs ou les petits commerçants sont, eux, poussés vers la faillite.

La grande bourgeoisie, elle, s’en sort très bien car ses capitaux sont placés de manière à rapporter plus que l’inflation. Et surtout, elle peut augmenter ses prix sans augmenter les salaires. Certains grands ­capitalistes se sont enrichis considérablement de cette manière : les actionnaires de TotalEnergies, ceux des groupes de l’automobile comme PSA, ou encore ceux du grand commerce maritime.

Les grèves pour les salaires sont la seule voie pour les travailleurs pour ne pas se laisser appauvrir. Les primes que certaines entreprises ont annoncées ne sont qu’une manière, pour le grand patronat et le gouvernement, de ne pas céder les augmentations de salaire nécessaires, tout en ayant l’air de faire un geste, car ils craignent des mouvements de grève qui se généraliseraient. Mais des augmentations de salaire à elles seules ne peuvent pas être un objectif suffisant, car les prix continueront d’augmenter. Il faut imposer que les salaires soient indexés sur les prix et qu’ils soient révisés aussi souvent que nécessaire.

Mais comment mesurer la hausse des prix ? Si les travailleurs en laissent la responsabilité au patronat ou à l’État, ils seront trompés. L’État mesure déjà officiellement l’inflation, et le chiffre qu’il donne chaque mois est trompeur, minimisant systématiquement la hausse des prix qui concernent le monde ouvrier. Des lois qui indexeraient officiellement les salaires sur les prix ne garantiront rien si les travailleurs, à la base, dans chaque entreprise, ne contrôlent pas de près l’évolution des salaires et des prix.

Les travailleurs doivent se donner le moyen de mesurer eux-mêmes l’inflation. Même à l’échelle d’une entreprise ne comptant que quelques dizaines d’ouvriers, il est tout à fait possible d’estimer chaque mois de combien le pouvoir d’achat a reculé. C’est de cette valeur estimée en commun que l’ensemble des salaires devraient au minimum augmenter.

Pierre ROYAN