Kévin Gardeau, balayeur à Tours-Métropole

08 Juin 2022

Candidat dans la 4e circonscription d’Indre-et-Loire, je travaille à Tours-Métropole au service de la propreté urbaine comme balayeur. Avec mes 1 700 collègues de la propreté urbaine, de la collecte, de la voirie et d’autres services, nous assurons l’entretien des rues de la ville, le ramassage des ordures ménagères et bien d’autres tâches indispensables.

Comme partout, les conditions de travail se dégradent et nous travaillons en sous-effectif depuis très longtemps. Les salaires sont gelés depuis des années et nous avons décidé la grève le mois dernier pour obtenir une augmentation. Après treize jours d’un mouvement qui a touché plusieurs centaines de travailleurs des différents services, nous avons réussi à arracher une augmentation mensuelle de 120 euros net.

Notre détermination et notre organisation nous ont permis de tenir tête à notre direction et aux élus, qui ont misé pendant douze jours sur notre épuisement avant de reculer.

Au-delà de l’augmentation arrachée, il y avait parmi les grévistes la fierté d’avoir relevé la tête. Cette force que l’on ressent au sein des travailleurs dès qu’ils s’organisent et entrent en lutte, même à petite échelle, serait immense et invincible à l’échelle de l’ensemble du monde du travail pour inverser le rapport de force face à la grande bourgeoisie capitaliste et à l’État à son service.