Satellite militaire : les milliards s’envolent

09 Novembre 2021

La ministre de la Défense, Florence Parly, a fièrement salué fin octobre l’envoi dans les nuages d’un nouveau joujou militaire ultratechnologique, le premier satellite du programme « Syracuse 4 ».

Lancé par Ariane dans la nuit du 23 octobre, ce satellite de communication militaire est censé pouvoir mettre en relation à tout moment, à haut débit et bien sûr en toute sécurité, navires, sous-marins, véhicules terrestres et aéronefs des trois armées françaises. D’autres engins du même genre existent déjà, mais ils auraient été sujets à des failles de sécurité et repérés, voire contactés, par des satellites espions.

Pour la modique somme de 4,3 milliards d’euros, ce premier satellite du programme et ses deux futurs petits frères sont en tout cas chargés d’assurer aux patrons de Thales et Airbus des rentrées régulières et lucratives, ne serait-ce que grâce aux prestations de soutien prévues pendant dix-sept années. On peut estimer ce que le programme « Syracuse 4 » coûtera à la population : des centaines de lits d’hôpitaux, d’aides-soignants, d’auxiliaires de vie scolaire, etc. Mais il faut bien que les profits de Thales Alenia Space et Airbus Defence & Space poursuivent leur ascension…

Viviane LAFONT