LR : le petit dernier de la droite

23 Septembre 2020

À deux ans de l’élection présidentielle, les candidats sont nombreux à droite comme à gauche. Parmi eux, Xavier Bertrand, après avoir quitté Les Républicains en 2017, tente de trouver une voie entre Macron et l’extrême droite.

Il se présente en « représentant d’une droite sociale, populaire, capable de rassembler et qui refusera toujours le moindre compromis avec l’extrême droite ».

Il prétend en avoir fait la démonstration en remportant les élections régionales dans les Hauts-de-France. Il avait profité de la couardise de la gauche qui avait appelé à voter pour lui sans aucune condition alors que toute sa campagne reprenait les idées et thèmes de la liste conduite par Marine Le Pen.

Récemment, Bertrand a fait parler de lui par ses déclarations violentes contre Bridgestone, répétant celles déjà faites contre les grands groupes qui ont fermé des sites dans la région sans empêcher leur décision en quoi que ce soit.

La droite désemparée par ses échecs électoraux cherche le cheval gagnant pour la prochaine présidentielle. Xavier Bertrand prend le mors aux dents pour être sur la ligne de départ en se peaufinant l’image « sociale », « populaire » dont il espère qu’elle lui permettra de faire face à un Macron discrédité d’un côté, à une Le Pen un peu usée de l’autre. L’enjeu est de réussir à faire croire au bon peuple qu’une fois élu on appliquera des recettes miracles, alors qu’on ne sera là que pour gérer la crise au profit de la bourgeoisie.

Inès Rabah