Brésil : “La police la plus violente du monde”

24 Juin 2020

Un enfant de 14 ans a été tué par la police il y a peu, chez lui dans une favela de Rio de Janeiro ; on a relevé 70 impacts de balles dans la maison.

Ce meurtre rapporté par le journal Le Monde rappelle la violence extrême et quotidienne de cette police, en guerre permanente contre les pauvres des quartiers déshérités du pays.

En 2019, près de 6 000 morts victimes de la police ont été recensés au Brésil. C’est, en proportion d’une population moins importante, cinq fois plus qu’aux États-Unis. Dans 75 % des cas, il s’agit d’hommes noirs, le plus souvent jeunes et habitant des quartiers défavorisés. Entre 2015 et 2019, 25 000 Brésiliens ont ainsi été tués par la police de leur pays.

Dans ce pays marqué par les inégalités les plus extrêmes, bien souvent la seule issue offerte aux jeunes des quartiers les plus pauvres est de s’enrôler dans les gangs ou dans la police. Les jeunes mis ainsi en première ligne sont amenés à s’entretuer. En outre, bon an mal an, près de 150 policiers se suicident chaque année.

La violence antipauvres est alimentée par les politiciens, du chef de l’État, Bolsonaro, aux maires des plus grandes villes. Celui de Sao Paulo l’a déclaré ouvertement : pour lui, « la place d’un bandit n’est pas au commissariat ni en prison mais au cimetière ».

Paul SOREL