Renault Trucks – Lyon : journée de solidarité… pour les actionnaires !

06 Novembre 2019

Suite à la canicule de 2003, le gouvernement avait imposé une journée de solidarité, prétendument pour financer la prise en charge des anciens. Les travailleurs doivent donner une journée à ce titre et les entreprises verser 0,3 % de leur masse salariale comme contribution solidarité autonomie. Mais, pour le patronat, la somme versée comme contribution peut être inférieure à l’argent qu’il tire d’une journée de travail des salariés.

C’est le cas à Renault Trucks, à Lyon, qui verse à l’État un peu plus d’un million d’euros au titre de la journée de solidarité. Mais les sept heures de travail de cette journée lui font gagner 1,5 million d’euros. Au final, le patron se garde donc 500 000 euros. De quoi écœurer les salariés, qui ont été plus nombreux cette année à répondre à l’appel à la grève de la CGT pour le vendredi 25 octobre, date de cette journée dite de solidarité.

Correspondant LO