Cadeau fiscal pour les investisseurs

03 Avril 2019

Le 1er avril est la date d’entrée en application d’un nouvel avantage fiscal en faveur des « investisseurs », petits rentiers mais aussi promoteurs immobiliers, qui remettent en location des logements anciens.

Selon une étude publiée en 2016, plus de 100 000 logements sont durablement vides, directement habitables et situés dans des régions où la demande est spécialement forte. Si cette situation perdure, c’est parce qu’aucun gouvernement n’a décidé de réquisitionner les logements disponibles, malgré la loi qui donne ce pouvoir aux préfets.

Le gouvernement actuel fait mine de se saisir du problème mais, au lieu d’ordonner les réquisitions nécessaires, il offre aux propriétaires qui remettent un logement ancien en location un avantage fiscal comparable à celui dont bénéficient déjà ceux qui achètent un logement neuf pour en tirer un loyer. Pour le neuf, ce cadeau est dénommé le Pinel, du nom d’une ministre du Logement sous Hollande. Pour le logement ancien, c’est le Denormandie, l’actuel ministre qui s’en est fait le champion auprès des promoteurs.

Sur les conséquences possibles de tels avantages fiscaux, le journal Les Échos du 2 décembre dernier était sans illusion : « Le Denormandie dans l’ancien pourrait avoir le même effet, si les promoteurs qui choisissent de l’utiliser profitent de cette aubaine pour augmenter leurs prix. » Le journal ajoutait : « Ils le font fréquemment de plus de 10 %, lorsqu’ils commercialisent les appartements Pinel comme des produits financiers. » On comprend pourquoi Denormandie, comme ses prédécesseurs, mérite que son nom soit cité au panthéon des promoteurs immobiliers.

J.S.