Alimentaire : les prix ne risquent pas de baisser

17 Janvier 2024

Comme chaque année, la période de négociation entre industriels de l’agroalimentaire et grands distributeurs (Carrefour, Leclerc et consorts) est l’occasion d’une foire d’empoigne entre capitalistes pour savoir qui raflera la plus grande part du racket organisé contre les consommateurs.

Les enseignes de super­marchés accusent les industriels d’augmenter ­arbitrairement leurs prix. Ces derniers rétorquent en mettant en avant la hausse des coûts de l’énergie et des matières premières. Début janvier, Carrefour a ­décidé de ne plus vendre les produits de PepsiCo (Pepsi, Lay’s, 7up, Lipton...) pour cause de prix trop élevés. Mais la palme du ridicule revient sans doute à ­Michel-Édouard Leclerc, qui prétend enfiler « (ses) gants de boxe pour monter sur le ring »… au nom de la défense du pouvoir d’achat des classes populaires ! Tous participent d’une campagne pour tenter de faire accepter aux travailleurs des prix de l’alimentaire qui ont déjà bondi de 20 % en 2023, et promettent de continuer à s’envoler en 2024.

Qu’il s’agisse des industriels ou des distributeurs, leurs profits ont pour point commun d’être mirobolants et d’être payés par la population. En 2023, les profits du groupe Pepsi ont été revus trois fois à la hausse malgré la baisse des volumes vendus. Quant à Leclerc, ses supermarchés ont encore raflé +1,8 % du marché à ses concurrents, comme Intermarché ou Cora, ce qui lui permet de réaliser 25 % des ventes alimentaires du pays à lui seul.

Alors, peu importe que ces capitalistes se battent entre eux pour savoir lesquels feront le plus de marge sur les hausses de prix. Au final, tous viendront présenter l’addition aux classes populaires.

M. S.