Darmanin : contre Meloni...et contre les migrants

10 Mai 2023

Après les propos de ­Jordan Bardella, président du RN, accusant le ministre de l’Intérieur et ses contrôles « dérisoires » à la frontière italienne d’être le « ministre de l’immigration massive », Gérald Darmanin a réagi, renvoyant la faute à Giorgia Meloni.

La Première ministre d’extrême droite italienne serait, selon Darmanin, incapable « de régler les problèmes migratoires sur lesquels elle a été élue ». La flèche visait aussi Marine Le Pen, à qui Darmanin promet le même échec que Meloni. Il s’en est suivi un scandale diplomatique et des propos embarrassés du ministère des Affaires étrangères sur la coopération nécessaire entre les pays européens face au « défi migratoire ».

Un autre larron s’est invité dans l’histoire, Éric Ciotti, président des Républicains, et autant adepte des idées de droite extrême que les précédents, qui a condamné les « propos inop­portuns » de Darmanin mais évoqué avec sa finesse habituelle une « véritable submersion migratoire » si l’Italie ne gère plus les flux aux portes de l’Europe.

D’ici les prochaines élections, on peut s’attendre à patauger dans ce marécage antimigrants, antiétrangers et antipauvres, de la part de politiciens qui veulent jouer sur la peur pour mieux défendre le pouvoir des puissants.

Sylvie MARÉCHAL