Gouvernement Borne : prêt au combat contre les travailleurs !

24 Mai 2022

Après trois semaines de suspense savamment entretenu, Macron a annoncé la composition de son gouvernement. Le choix d’Élisabeth Borne comme Première ministre et le maintien de Le Maire à l’Économie ou Darmanin à l’Intérieur est l’annonce que la nouvelle équipe poursuivra le combat contre les classes populaires.

Bien sûr, la communication de l’Élysée cherche à envoyer un autre message. Élisabeth Borne, longtemps proche du PS, ayant paraît-il été préférée à Catherine Vautrin de LR, les macronistes voudraient faire passer cette servante loyale du patronat pour une femme à la fibre sociale. La ficelle est grossière.

Avec Olivier Dussopt, venu lui aussi du PS, muté du ministère des Comptes publics à celui du Travail, Borne se prépare à attaquer les retraites des travailleurs. De son côté, Bruno Le Maire, maintenu au ministère de l’Économie, continuera de mettre le budget et les moyens de l’État à la disposition des patrons des groupes français, pour leur permettre d’augmenter leurs profits dans le contexte de crise économique et climatique, de fermeture des marchés et de guerre en Ukraine.

En conservant Darmanin à l’Intérieur, lui qui trouvait Le Pen « trop molle », Macron donne aussi un signal aux policiers : ils continueront d’être couverts à chaque dérapage raciste. Ils pourront continuer à tirer à leur convenance ou à éborgner les manifestants. Il cherche ainsi à plaire aux partisans de l’ordre et aux électeurs de droite ou d’extrême droite. L’entrée au gouvernement de Damien Abad, jusque-là chef des députés LR, était elle aussi calculée pour siphonner un peu plus les électeurs de la droite à la veille des élections législatives, avant que les accusations de viol portées par plusieurs femmes contre lui menacent de faire capoter l’opération.

Épisode après épisode, la mise en scène des remaniements ministériels a de moins en moins d’effet, tant elle cache mal la continuité antiouvrière des gouvernements successifs.

Xavier LACHAU