SAM – Decazeville : les travailleurs contre la fermeture

08 Décembre 2021

Le tribunal de commerce de Toulouse a décidé la cessation immédiate des activités de la SAM, fonderie du bassin de Decazeville, dans l’Aveyron, à la date du 10 décembre. À la suite de l’annonce de cette décision, qui condamne une usine et 350 emplois, les salariés ont bloqué l’établissement.

Mercredi 1er décembre, plus de 4 000 personnes se sont rassemblées malgré la pluie, pour soutenir les salariés et faire entendre leur colère. L’ensemble de la ville s’est sentie concernée. Les magasins, ainsi que les crèches, les écoles et autres services publics, ont fermé. Les agriculteurs sont venus défiler avec leurs tracteurs.

Renault, qui refuse tout projet de reprise, a une grande part de responsabilité dans ce qui arrive. Le gouvernement, lui, laisse faire, disant que Renault doit mettre les moyens pour trouver des solutions permettant de reclasser les salariés de cette usine. Lâchés par leur seul donneur d’ordres depuis plusieurs années, ainsi que par le gouvernement qui ne parlent que de primes ridicules, les 350 salariés se sentent trahis.

L’usine est occupée en attente de décisions. Beaucoup ne veulent pas que leur outil de travail et leur emploi soient définitivement démolis. Ils sont décidés à se battre, à faire sentir leur détermination et à faire entendre leur droit de travailleurs à vivre dignement.

Correspondant LO