Pénurie de personnel : augmentez les salaires !

30 Juin 2021

Depuis la réouverture des bars et restaurants, et la reprise des activités bloquées par la pandémie, bien des patrons des secteurs concernés se plaignent de ne pas pouvoir recruter.

Certains, sans honte, désignent les salariés sans emploi comme des fainéants touchant trop d’aides pour se sentir obligés de reprendre le travail.

Ces déclarations sont reprises à l’envi dans la presse, sur les ondes, et relayées par une partie du personnel politique. Mais, du côté des chômeurs, ce sont plutôt les conditions de travail, les exigences des patrons, comme celle d’une expérience préalable, du permis ou de la possession d’une voiture, qui sont des freins. Et la réalité est aussi la réticence des patrons à embaucher, malgré leurs déclarations, certains préférant faire assumer le supplément de travail par ceux qui sont déjà en poste.

Dans l’hôtellerie et la restauration, des travailleurs n’en pouvant plus de vivre avec des salaires amputés du fait du chômage partiel ont pu se faire embaucher dans d’autres secteurs, abandonnant leur filière, au grand dam de patrons qui leur imposaient des bas salaires, des horaires à rallonge et des heures supplémentaires décidées à la dernière minute. On peut y ajouter les temps partiels imposés, les coupures dans la journée qui rallongent de fait le temps de travail et imposent de vivre avec des moitiés ou des quarts de salaire.

Dans les zones touristiques, les patrons se plaignent de ne pas pouvoir recruter les 100 000 saisonniers dont ils ont besoin, mais le plus souvent les hébergements et les remboursements de frais de déplacements ne sont pas prévus. De même les opticiens, les sociétés de sécurité, les grandes surfaces disent ne plus trouver suffisamment de personnel, les personnes qualifiées recherchant de meilleurs salaires.

La concurrence entre les travailleurs profite le plus souvent au patronat. Mais la situation peut aussi se retourner contre lui à certains moments et dans certains secteurs. Ce n’est qu’un juste retour des choses et, puisque concurrence il y a, le plus simple pour les patrons voulant attirer du personnel serait d’améliorer les conditions de travail et d’augmenter les salaires.

Inès Rabah