Assurance chômage : réforme suspendue… mais il faut l’annuler

30 Juin 2021

Mardi 22 juin, le Conseil d’État a suspendu le nouveau mode de calcul des indemnisations chômage qui devait entrer en application le 1er juillet.

Pour justifier sa décision, il indique que les mesures prévues « pénaliseront de manière significative les salariés de ces secteurs » (notamment ceux du commerce et de l’hôtellerie-restauration).

Il reconnaît ainsi implicitement que la réforme est une attaque en règle contre les travailleurs précaires, en particulier ceux qui sont obligés d’enchaîner les contrats courts.

Se refusant à juger la réforme sur le fond, le Conseil d’État se contente d’affirmer que le moment est mal choisi, car la reprise économique est plus que fragile. Le gouvernement ne s’y est d’ailleurs pas trompé, puisque la ministre du Travail, Élisabeth Borne, a aussitôt affirmé que le désaccord portait uniquement sur la date de mise en œuvre. Elle a aussi indiqué que le gouvernement ferait tout pour que la réforme soit appliquée dès cet automne.

Alors que le patronat jette des milliers de travailleurs à la rue à coups de plans de licenciements, le gouvernement de son côté s’apprête à diminuer encore leurs moyens de vivre.

La décision du Conseil d’État offre un sursis aux travailleurs et aux chômeurs, qu’il faudra mettre à profit pour préparer les mobilisations qui, seules, seront susceptibles d’obliger Macron et ses ministres à renoncer à leurs attaques.

Camille PAGLIERI