Futur CHU de Nantes : avant la construction, on pousse déjà les murs

09 Juin 2021

L’actuel CHU de Nantes, situé en plein centre-ville, est trop petit et peine à faire face aux besoins de la population. Dans l’impossibilité de l’agrandir, il y avait deux possibilités : soit construire un établissement supplémentaire, soit déménager complètement et construire un établissement plus grand, avec plus de lits et plus de personnel.

Jusqu’au 6 juin, le projet du ministère était de construire un nouvel hôpital, la solution la plus onéreuse, avec moins de lits et moins de personnel ! Pour plus d’un milliard d’euros, la population locale, en constante augmentation, se voyait promettre un établissement volontairement sous-dimensionné en lits et en personnel. Et cela avec le soutien de la maire PS de Nantes.

Devant le tollé provoqué, et période électorale oblige, le gouvernement vient d’annoncer des modifications. Il y aurait plus de lits… mais dans le même nombre de chambres ! Auparavant, cette solution était mise en œuvre quand la progression du nombre de patients l’imposait. Là, c’est avant même le démarrage du projet qu’on pousse déjà les murs. Quant au personnel, qui est de 12 500 salariés aujourd’hui, il sera maintenu, affirme la direction du CHU. Autrement dit, le sous-effectif déjà patent se trouvera accru.

La maire de Nantes se montre toujours satisfaite (c’est une constante), quand la CGT du CHU décrit à juste titre « un numéro d’illusionniste » . Les entreprises du BTP chargées de la construction sont déjà choisies, mais on ne connaîtra le nom des heureux bénéficiaires que dans quelques jours ! La transparence n’est pas de mise quand il s’agit de se partager 1,2 milliard d’argent public.

Voilà un projet toujours opaque, et dont la finalité n’est vraiment pas de résoudre les problèmes de l’hôpital public.

Correspondant LO