Des combattants de tous les pays : Elisabeth Dmitrieff, 20 ans, militante et combattante

14 Avril 2021

Née dans une famille de la noblesse russe, Elisabeth Dmitrieff (1851-1910) était devenue socialiste toute jeune. À Genève, elle avait contribué à créer une section de l’Internationale, avant de gagner Londres. En mars 1871, Karl Marx, qui y animait la direction de l’AIT, demanda à celle qui y était connue comme la « Russian lady » de se rendre à Paris. Elle y fonda, avec Nathalie Le Mel, l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés.

Cette association fut très active, notamment en organisant les ouvrières pour qu’elles forment des chambres syndicales. Puis ses membres, dont Elisabeth Dmitrieff, participèrent aux combats.

À l’issue de la Semaine sanglante, elle parvint à s’échapper en Suisse, puis en Russie, où sa trace se perd en déportation en Sibérie, vers 1910.