Grèce : police à demeure à l’Université

17 Février 2021

Le 11 février, le Parlement grec a voté la réforme de l’université voulue par le gouvernement de droite de Kyriakos Mitsotakis.

Elle prévoit de lier davantage les études supérieures aux besoins des entreprises, de limiter le budget consacré à l’éducation, et la création d’une police universitaire.

La chute des colonels en 1974 a été précédée, le 17 novembre 1973, d’un soulèvement violemment réprimé des étudiants de l’école Polytechnique d’Athènes. En souvenir de cette résistance à la dictature, une loi de « l’asile universitaire », liée pour les Grecs au retour à la démocratie, interdisait à la police de pénétrer dans les universités. Cette disposition allait de pair avec une refonte du système éducatif, entre autres dans le supérieur où les études étaient totalement gratuites, permettant à de nombreux jeunes de milieux modestes d’en profiter.

Depuis, l’économie grecque et ses services publics, dont l’éducation, ont été appauvris par la crise et les plans d’austérité imposés par les autorités européennes au service de la finance, avec l’adhésion des gouvernements de droite et la soumission de ceux de gauche. Les conditions d’enseignement se dégradaient, mais la liberté de les contester et de s’organiser à l’intérieur des facultés subsistait, au moins légalement.

Moins d’un mois après son élection en 2019, Mitsotakis a aboli la loi d’asile universitaire et fait durcir les peines de prison pour violences urbaines. Aujourd’hui, il continue sa propagande contre les résidences étudiantes, devenues, selon lui, des « bases marginales et de contrebande », contre les « minorités autoritaires » qui imposeraient leur volonté à la majorité des étudiants, contre le trafic de drogue et « l’anarchie ». Les médias gouvernementaux relaient ses propos ainsi qu’une enquête de l’université de Thessalonique enregistrant, entre 2011 et 2017, 350 cas de prétendue « anarchie universitaire ». Or, selon des syndicalistes étudiants, 70 % de ces cas concerneraient les mobilisations étudiantes et syndicales, les fêtes…ainsi que les jets de déchets par terre.

Les étudiants organisent des manifestations contre la présence de la police dans les facultés. Les protestations se multiplient contre les coupes dans les budgets universitaires : selon des syndicats étudiants, la réduction serait proche de 25 % pour la plus grande université du pays, à Thessalonique.

Mitsotakis poursuit son chemin, celui d’un homme de droite, au service des possédants, dont le gouvernement, comprenant des ministres issus de l’extrême droite, mène une politique de plus en plus autoritaire.

Sylvie MARÉCHAL