Derrière la crise sanitaire, celle de l’hôpital !

07 Octobre 2020

Fermeture des bars et des salles de sport ; universités qui ne peuvent plus accueillir que la moitié des étudiants ; fermeture des salles des fêtes ici, des piscines là… Même si les décisions sont décentralisées région par région, la tendance est partout la même : les restrictions pleuvent, et l’angoisse de contaminer nos proches monte. C’est un aveu d’échec et le signe de la faillite de la politique gouvernementale.

Du côté de la population, beaucoup d’efforts sont faits. Les gestes barrières, les masques et les protocoles sanitaires ont réduit la vitesse de contamination. La seconde vague est donc bien inférieure à celle de mars-avril. L’expérience aidant, les hôpitaux savent mieux traiter et prendre en charge les malades. Toutes choses qui devraient permettre d’aborder la situation plus sereinement. Eh bien, ce n’est pas le cas !

Le gouvernement est dépassé par les événements parce que la prévention, avec la nécessité de « tester, tracer et isoler », a été un fiasco. Et puis, surtout, parce qu’il n’a rien fait pour réarmer le système hospitalier.

Tout le monde savait que les hôpitaux auraient fort à faire en cette rentrée. Outre la deuxième vague, annoncée, il leur faut rattraper les retards pris sur les opérations qui ont été déprogrammées en mars-avril. Ils doivent absorber les pathologies habituelles de l’automne, comme la grippe saisonnière. Cela avec un personnel éprouvé et soumis, lui aussi, au risque du Covid-19.

Eh bien, comparé à la période de mars-avril, il n’y a pas de places supplémentaires en réanimation et pas de renforts spéciaux pour les autres services. Et certains hôpitaux se retrouvent encore obligés de décommander des opérations pour éviter la saturation !

Après avoir été applaudis, les hospitaliers sont priés de sacrifier leurs jours de repos et de revenir travailler même s’ils sont positifs au Covid. Ils sont de nouveau envoyés au front en manquant de bras. Dans certains établissements, ils courent même après les respirateurs ! Autrement dit, ils sont priés de se tuer à la tâche.

Ce qui, une fois de plus, nous éclate à la figure, c’est la crise de l’hôpital. Elle ne date pas d’hier. Le personnel des hôpitaux tire la sonnette d’alarme depuis des années car, même sans événement sanitaire exceptionnel, il est en permanence sur le fil du rasoir. C’est le résultat de la fermeture de 100 000 lits en vingt ans, d’un recrutement au compte-gouttes, de départs continus de personnel parce que les salaires sont indignes et les conditions de travail de plus en plus insupportables.

Le gouvernement jure qu’il est prêt à rouvrir des lits, mais qu’il est impossible de former des infirmières en six mois. C’est déjà un mensonge par omission; car le nombre de places dans les écoles d’infirmières n’a pas été augmenté depuis six mois. Et, en six mois, on peut revaloriser les salaires pour stopper l’hémorragie de médecins et d’infirmières qui démissionnent de l’hôpital. On peut soulager leur charge de travail en renforçant la présence de personnel paramédical.

Si, en six mois, on ne peut pas former des infirmières ou des médecins, il est possible de former des agents de services hospitaliers, des brancardiers et des personnels non médicaux, qui manquent aussi cruellement. Et on peut commencer à former des milliers d’aides-soignantes.

Plus qu’une question de temps, c’est une question de choix politique. En quelques jours, le gouvernement a mis des centaines de milliards sur la table pour aider l’économie. Pour l’hôpital, comme pour les Ehpad, comme pour toutes les dépenses utiles à la population mais non rentables, il mégote et ne cessera de mégoter. Quoi qu’il arrive, l’État est formaté, organisé, pour servir les profits, la rentabilité et les marchés financiers, pas pour répondre aux besoins de la population.

Après ce que l’on a vécu, après ce que le personnel hospitalier a vécu, ce qui se passe dans les hôpitaux, et on peut en dire autant pour les Ehpad, est un scandale. Il faut embaucher dans les hôpitaux ! Le plus fou est « qu’il y a trop de boulot dans les hôpitaux et trop de chômeurs à l’extérieur », comme le disait une pancarte de manifestant en juin dernier. Il y a des dizaines, des centaines de milliers de jeunes et moins jeunes qui ne demandent qu’à se rendre utiles. Mais ces emplois ne seront créés que si les travailleurs et la population qui subissent la situation se battent pour.

Le gouvernement en appelle à la responsabilité individuelle, il montre du doigt des jeunes qui feraient trop la fête ou les rassemblements familiaux, mais il dirige un État, défend un ordre social et une classe irresponsables d’un point de vue collectif. Il n’y a rien à attendre de lui.

Bulletins d’entreprise du 5 octobre 2020