Une expertise en… dédouanement

17 Juin 2020

Zineb Redouane avait été atteinte par un tir de grenade policière le 1er décembre 2018, alors que cette octogénaire fermait une fenêtre de son appartement dans le centre de Marseille, où se déroulaient une marche contre le logement insalubre et une manifestation des gilets jaunes.

Le lendemain, elle décédait de blessures faites « dans les règles de l’art », si l’on en croit l’expertise judiciaire qui emploie ces termes pour caractériser la façon dont un policier a tiré la grenade mortelle.

Selon la conclusion du rapport, la grenade a « atteint la victime de manière totalement accidentelle » : le policier tireur n’aurait donc rien à se reprocher. On notera que l’expert est vraiment trop fort : il a vu un sans-faute dans un tir effectué à 37 mètres de distance, et cela sans même avoir rencontré ni interrogé le tireur. Et pour cause ! Ce dernier, sans doute trop modeste devant tant d’éloges, ne s’est toujours pas fait connaître, un an et demi après les faits. Précisons enfin que ledit expert est lui-même un policier.

L’instruction du dossier finissant par paraître trop partiale, la justice a décidé de le dépayser à Lyon. Mais sans garantie aucune que les juges lyonnais ne retiendront pas cette expertise.

Ainsi vont la police et la justice républicaines.

Pierre LAFFITTE