Une maladie du tiers-monde

07 Février 2018

Des tests faits par l’école de médecine Baylor, dans le comté de Lowndes, en Alabama, ont montré que 40 % des habitants étaient infectés par l’ankylostomose.

Cette maladie parasitaire est causée par des vers qui sucent le sang des êtres humains dans lesquels ils pénètrent. Elle est responsable de carences en fer, de troubles cognitifs, de retards de croissance chez les enfants et d’anémie à tous les âges. Elle infectait un grand nombre d’Américains dans les parties les plus pauvres du pays, avant les années 1950 et la généralisation de la plomberie domestique. L’ankylostomose pénètre souvent dans le corps par le contact avec les eaux usées.

Le test fait par Baylor portait sur un petit échantillon, et des tests plus vastes sont maintenant proposés. Le comté de Lowndes est un des plus pauvres des États-Unis. Le revenu moyen y est d’environ 14 600 euros. Dans de nombreux endroits, il n’y a pas de rattachement à un système municipal d’adduction et d’évacuation des eaux. Les gens doivent payer leur propre système d’assainissement, ou risquer leur santé en s’exposant aux eaux usées. Ce comté a une espérance de vie plus faible que la moyenne.

Voici donc des conditions du tiers-monde, malgré la richesse des États-Unis. Il n’est pas impossible de fournir des systèmes d’adduction et d’évacuation des eaux. L’Alabama a trouvé les fonds nécessaires pour convaincre trois compagnies automobiles, Toyota, Nissan et Mercedes Benz, d’installer des usines dans l’État. Mais les politiciens ne peuvent trouver assez d’argent pour éviter des dommages graves à la population. Le médecin qui a mené l’étude sur le comté de Lowndes a dit : « C’est la vérité gênante dont personne ne veut parler en Amérique. »

The Spark – 5 février