Grenoble – Collège Vercors : la rentrée dans ces conditions, c’est non !

27 Septembre 2017

Dans l’académie de Grenoble, outre les classes surchargées, 1 100 contrats uniques d’insertion (CUI) ont été supprimés, privant écoles, collèges et lycées de postes indispensables.

Le collège Vercors, classé réseau d’éducation prioritaire ( REP) est en grève depuis la rentrée. Le personnel, soutenu par les parents, proteste contre la suppression de trois surveillants alors qu’il y a encore plus d’élèves cette année. L’an passé déjà, les enseignants avaient dû faire neuf jours de grève pour obtenir des moyens de surveillance suffisants. Alors, pas question de se laisser dépouiller et d’accepter les propositions du rectorat, notamment des volontaires en service civique dont les missions interdisent la surveillance des couloirs, de la cour et de la cantine, et le partage d’un demi-poste avec un lycée voisin.

Soutenus par les parents d’élèves, les enseignants organisent tous les jours des actions de popularisation de leur mouvement. Ils ont revoté la grève pour lundi 25 septembre. Les articles dans la presse locale, les diffusions de tracts, les participations aux manifestations, comme celles des 12 et 21 septembre, se succèdent.

Le rectorat fait la sourde oreille. Pas question pour lui de céder et ainsi de faire un précédent où risqueraient de s’engouffrer d’autres établissements, eux aussi pénalisés par le manque de personnel.

Le personnel du collège Vercors a montré que sa préoccupation était d’exiger des conditions de travail et de sécurité maximum pour les élèves, ce qui est visiblement le cadet des soucis du ministère, malgré les discours ronflants du ministre.

Correspondant LO