Richesses : ceux qui les créent et ceux qui les empochent

19 Janvier 2022

Le dernier rapport de l’ONG Oxfam illustre le creusement des inégalités à l’échelle de la planète. Elles ont prospéré comme jamais durant la pandémie.

En France, la fortune des milliardaires a augmenté plus rapidement en dix-neuf mois de pandémie qu’en une décennie.

Les cinq capitalistes les plus riches du pays ont vu leur fortune doubler pendant cette période, en augmentation de 173 milliards d’euros, soit le prix de centaines d’hôpitaux et de dizaines de milliers d’écoles, moyens et travailleurs nécessaires compris ! Bernard Arnault, à la tête de LVMH, les frères Wertheimer, aux commandes de Chanel, François Pinault, du groupe Kering, et Françoise Meyers-Bettencourt, actionnaire principale de L’Oréal, possèdent ainsi à eux cinq autant que 40 % des Français les plus pauvres. Pendant ce temps, selon le même rapport, les plus précaires, parmi lesquels un nombre conséquent de travailleurs et d’étudiants, ont vu leur situation s’aggraver, et 10 % de la population du pays dépend maintenant de l’aide alimentaire pour manger.

Ce bond en avant des fortunes des plus riches est directement lié aux largesses des États et des banques centrales, qui ont abreuvé sans compter les capitalistes d’argent public et de crédits gratuits. Ce sont ces patrons milliardaires qui modèlent l’économie et qui s’assurent les services de gouvernements chargés d’expliquer qu’il n’est pas possible d’augmenter les salaires, qu’il faut repousser l’âge de départ en retraite et diminuer les allocations des chômeurs !

Mais l’augmentation des fortunes de ces grands patrons milliardaires n’est pas seulement scandaleuse. Elle est aussi dangereuse, car ces milliards partent dans la spéculation, nourrissent de nouvelles bulles spéculatives et seront le carburant des prochains krachs de l’économie capitaliste. La crise sanitaire agit comme un révélateur, soulignant le fonctionnement de base de ce système, où une catastrophe faisant des millions de victimes et plongeant dans une plus grande misère toute une partie de la planète est un accélérateur de richesses pour la minorité de parasites qui en tient les rênes.

Nadia CANTALE