Leclerc : baguette magique pour les profits

19 Janvier 2022

Alors que partout les prix montent en flèche, le magnat de la grande distribution Leclerc a lancé en grande pompe une campagne de publicité annonçant le gel du prix de la baguette de pain à 29 centimes dans ses magasins.

C’est bien sûr un coup de communication pour attirer les clients avec des produits d’appel, alors qu’il augmente fortement les prix des autres marchandises, comme le font d’ailleurs tous ses concurrents. Autant dire que sa baguette lui sert à rouler les classes populaires dans la farine.

Et puis, pour geler le prix de la baguette, combien de salaires Leclerc va-t-il bloquer ? Combien d’emplois va-t-il supprimer ? À quel prix va-t-il acheter la farine à des fournisseurs qui chercheront eux aussi à se rattraper en s’attaquant à leurs travailleurs ? Combien d’agriculteurs et d’artisans boulangers va-t-il ruiner ? Car comme tout capitaliste, il n’est pas question pour Leclerc de bloquer ses profits !

Pour préserver leur pouvoir d’achat, les travailleurs ne peuvent pas compter sur la baguette magique du blocage des prix, qu’il soit promis par un patron, par un politicien ou par le gouvernement. D’ailleurs ils n’ont pas vraiment de levier pour l’imposer eux-mêmes. Par contre, ils ont dans les mains un levier avec le fait qu’ils font tout tourner dans la société. Cela leur donne la force d’imposer au patronat, par la grève, que leurs salaires suivent l’augmentation réelle des prix.

Pour cela, le blé ne manque pas. Depuis l’épidémie du Covid, les profits des plus gros trusts capitalistes résultant du vol du travail des salariés, ont explosé.

Arnaud LOUVET