27 janvier : affirmer les intérêts communs des travailleurs

19 Janvier 2022

La CGT, Force ouvrière, la FSU, principale fédération de l’Éducation nationale, et Solidaires, ainsi que des organisations de jeunesse, appellent à une journée interprofessionnelle de grèves et de manifestations le 27 janvier sur les salaires et l’emploi.

Les syndicats n’avaient pas appelé l’ensemble des travailleurs à une telle journée depuis le 5 octobre dernier.

Au moment où le patronat mène une véritable guerre contre les conditions de travail et de salaire dans tous les secteurs de la classe ouvrière, s’attaque aux chômeurs, se prépare à repousser l’âge de la retraite, il faut se saisir de l’occasion pour affirmer que la classe ouvrière a les mêmes intérêts et un seul ennemi, le grand patronat.

Tous les travailleurs voient leur pouvoir d’achat chuter du fait de salaires bloqués, des prix qui explosent, des retraites déjà bien faibles qui ne sont quasiment pas revalorisées. Travailleurs du public comme du privé, enseignants, postiers, ouvriers en production, dans le bâtiment, caissières des supermarchés ou aides à domicile, toutes et tous sont confrontés aux mêmes problèmes : comment finir le mois, comment ne pas perdre son travail, ou en trouver un quand on est chômeur.

Ces dernières semaines, le mécontentement s’est manifesté dans bien des secteurs. Fin décembre, les employés de Leroy Merlin se mettaient en grève pour les salaires, un peu plus tard ceux de Carrefour ; les travailleurs sociaux étaient en grève le 11 janvier pour exiger des salaires décents, et d’abord les 183 euros du Ségur de la santé. Du côté de l’Éducation nationale, le mépris de Blanquer et ses protocoles sans queue ni tête ont mis le feu au poudre. Mais c’est aussi pour des embauches massives, à commencer par celles d’enseignants remplaçants, que les enseignants ont été motivés à faire grève massivement le 13 janvier. Les attaques sont ressenties par tous, même si elles n’ont pas partout les mêmes formes.

Augmentation des salaires, et leur indexation sur les prix, répartition du travail entre tous avec maintien du salaire, suppression du secret des affaires, ces objectifs doivent être communs à tout le monde du travail, et cette journée doit être l’occasion de l’affirmer. C’est l’occasion pour tous les travailleurs et militants conscients d’affirmer que se regrouper autour de ces intérêts de classe est la voie à suivre.

Aline RETESSE