Confinement : les amendes s’accumulent

28 Juillet 2021

En Seine-Saint-Denis et dans l’est parisien, des policiers s’en sont donné à cœur joie pendant le confinement.

Plusieurs jeunes des quartiers populaires ont témoigné du harcèlement dont ils ont été victimes. L’un d’eux a reçu quinze amendes de 135 euros entre octobre et novembre 2020. Une avocate témoigne qu’un de ses clients a été verbalisé dix-sept fois entre le 28 janvier et le 2 avril 2021, dont trois fois le même jour « à 18 h 48 » pour « réitération de violation d’une interdiction sanitaire », « dépôt d’ordure » et « bruit et tapage nocturne ».
Certains ont reçu l’amende directement chez eux, sans avoir eu le moindre contact avec les policiers. Une mère témoigne : « Une fois, le nom de famille était mal orthographié, il n’y avait même pas de prénom. Et ils ont quand même refusé d’annuler, ça a même augmenté. »

Le gouvernement se fait fort d’enseigner aux jeunes des banlieues « les principes de la République ». L’État ne pouvait pas leur donner une meilleure leçon !