Aides aux entreprises : toujours plus

20 Janvier 2021

Le 14 janvier, Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, a annoncé une série d’aides supplémentaires aux entreprises.

Il ne s’agit pas des plus petites entreprises, dont la situation parfois difficile sert habituellement de prétexte à camoufler le soutien aux plus grandes.

Le ministre a tenu à souligner que des « structures importantes » allaient toucher de l’argent public, beaucoup d’argent public. Tout d’abord les entreprises qui fournissent habituellement des commerces fermés, comme les brasseurs qui livrent aux cafés ou les blanchisseries industrielles qui s’occupent du linge des hôtels, voient le plafond de l’aide mensuelle passer de 10 000 à 200 000 euros, rétroactivement dès le mois de décembre. Le Maire a précisé que cette aide, qui s’ajoute à la prise en charge des salaires des employés en chômage partiel de longue durée, sera accordée quel que soit le nombre de salariés de l’entreprise.

Ensuite une nouvelle aide cible les grandes entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse un million d’euros par mois. Le ministre a cité à titre d’exemple les chaînes d’hôtels ou les restaurateurs qui ont plusieurs restaurants dans une même ville. C’est un vaste secteur dominé par de très grandes entreprises qui est concerné et qui comprend les casinos, les compagnies aériennes, les cinémas multiplex, les loueurs de voitures, l’industrie alimentaire, la publicité, etc. Ces patrons pourront recevoir jusqu’à trois millions d’euros d’ici juin 2 021, et Bercy a indiqué travailler à une augmentation de ce plafond à l’avenir, si la Commission européenne donne son accord.

Ce fonds de solidarité coûte actuellement quatre milliards d’euros par mois à l’État, un chiffre qui ne comprend pas les dépenses liées au chômage partiel. Avec ces nouvelles aides aux grandes entreprises, il ne peut qu’augmenter.

Le gouvernement poursuit donc sa politique d’aide au grand patronat « quoi qu’il en coûte ». C’est les classes populaires qu’on appellera à la financer.

Lucien DÉTROIT