CHS-Cadillac : le prix des économies

25 Mars 2020

Dans les services soignants comme dans les ateliers, les cuisines et la blanchisserie, du Centre hospitalier spécialisé (CHS) de Cadillac, en Gironde, on manque toujours de gel, de masques, de gants, même de savon, de tout le matériel nécessaire pour se protéger et protéger les patients.

Face à cette pénurie, la direction fait de la mise en scène : elle a envoyé à chacun un tutoriel expliquant comment fabriquer soi-même son masque… Alors que la situation est grave, elle n’a que du bricolage à proposer.

Chaque jour, les ordres et les contre-ordres tombent sur le personnel. Les décisions mettent en danger soignants et patients. Pour des travailleurs ayant eu un contact à risque ou pour ceux qui ont des symptômes, la seule consigne est de venir quand même au travail, mais avec un masque ! Quant à ceux qui peuvent travailler en télétravail ou par téléphone, comme les assistantes sociales par exemple, seuls y sont autorisés ceux qui ne peuvent pas avoir de garde pour leurs enfants.

Tous les services extérieurs ont été fermés pour rapatrier le personnel sur l’hôpital. La raison officielle est qu’il faut se préparer à la prochaine vague d’épidémie. Mais cela se fait au détriment des autres patients, de ceux qui attendent un rendez-vous en centre médicopsychologique (CMP) ou en hôpital de jour. Pour libérer deux services en cas d’épidémie, les patients ont été envoyés dans d’autres services. Résultat : des patients se retrouvent entassés, quelquefois à cinq dans une chambre !

Correspondant LO